Remarque sur une remarque d’une Russe sur l’élection d’Obama

24 janvier 2009

En regardant les infos métropolitaines, qu’est-ce que je ne vois pas? Une femme russe, interrogée, qui donne ses impressions sur l’élection d’Obama : « Je suis choquée de voir qu’ils ont choisi un noir comme président !  » Et d’un, sa remarque me choque. Et de deux, si on va par là, je dirais carrément que je suis choquée qu’il n’y ait jamais eu de Président Améridien des Etats-Unis! Non mais ! Qu’elle reste en Russie, celle-là !

Le retour!

3 janvier 2009

Des mois de silence. Ca n’a pas empêché le monde de tourner. Le mien, en tout cas, l’a fait à m’en donner des vertiges. Je ne vais pas vous faire, là, un compte-rendu de ce que j’ai fait. Sinon, je prendrai deux jours pour écrire mon billet.

Je suis convaincue, néanmoins, que des bribes apparaîtront ici et là, de temps à autres. Je vais broder mon blog, par petites touches, comme je l’ai toujours fait. Ceci dit, si vous ne comprenez pas toujours, n’hésitez pas à m’en faire part, je suis à l’écoute, ou du moins, à la lecture!

Pour l’an nouveau, j’ai décidé de mettre mon manteau pour les temps froids que je traverse, et de sortir un peu le bout du nez de ma caverne. Comme j’ai pas vraiment la carte de là où je vais, j’ai décidé de prendre la plume pour tracer mon chemin. Doucement, mais surement, comme dirait l’autre.

Et comme j’aime bien partager, je suis venue vous voir, mes lecteurs, pour vous inviter à faire le chemin avec moi. Après tout, c’est toujours mieux, quand on est plusieurs, non ?

 

 

La Nouvelle-Calédonie envahie par des bleus…

30 mai 2008

Non, je ne vous parle pas d’une invasion schtroumpfesque, ni d’extra-terrestres, encore moins de débutants… je vous parle de ça :

blogimg14410411200804181218261.bmp

Lire la suite de l’article »

Entre ici et là…

20 avril 2008

Bouh ! La vilaine blogueuse qui délaisse ses lecteurs ! Hé oui, je suis désolée… Beaucoup de boulot en ce moment. Et demain, je saute sur l’occasion d’une mission dans le Nord de ma petite île pour aller voir mon homme…

Retour dans quelques jours, avec quelques petites anecdotes.

J’ai hâte de vous retrouver. A bientôt !!!

Il y a aussi des jours où ça va mieux (heureusement!)

8 avril 2008

aubeindonsienne.jpg

Je me suis levée, ce matin, le coeur peu enclin à recevoir les lueurs matinales, et pourtant…

J’ai laissé couler mes larmes sur ma joue, épanchant mon âme à la voix de mon amour collée à mon oreille. C’est le début de la fin… D’une longue série de disputes et d’incertitudes. Du moins, nous l’espérons tous les deux. Je dois dire qu’il a du courage. Serait-ce donc qu’il m’aime vraiment ? (Ne riez pas, c’est la première fois que ça m’arrive à moi. Je crois que je l’ai déjà dit ici, non?)

Une fois que j’ai raccroché, ayant un peu la promesse d’un petit mieux, une proposition de travail m’est tombée dessus. J’adore mon travail de nature anthropo-historique (et je me soupçonne même de continuer à oeuvrer plus tard pour l’association qui m’emploie tant cela me passionne), mais le soucis est qu’il s’agit d’un contrat spécial, certes renouvelable,mais toujours en CDD. Et peu payé. Quoique je sois tout de même mieux rémunérée (statut spécial aussi) que mes congénères.  Je ne sais pas si la proposition d’emploi va aboutir (très bon premier salaire qui me permettrait de respirer un peu côté finances, et domaine qui semble intéressant), mais toujours est-il que c’est plutôt galvanisant de savoir qu’on a pensé à vous, non ? Et puis, on m’a demandé de réfléchir, de bien réfléchir. Ce que je fais. Je pèse le pour et le contre (ça n’est pas parce que la paie est bonne que je vais forcément m’épanouir et remplir les fonctions comme il faut), pour cette fois au moins, mon C.V. n’aura pas atterri aux oubliettes. Il paraît d’ailleurs que lorsque c’est le cas, ça n’est pas parce que mon dossier est mauvais, au contraire (c’est ce qu’ils disent), mais disons… Pas assez adapté : diplôme trop spécialisé, niveau décalé par rapport au poste, etc.

Voilà, ça fait du bien. Ce sont mes petites étoiles.

Tenez, pour les jours de coup de blues, je ne vais pas faire dans l’original, mais je vais vous servir quelques jolies citations qui m’ont permise de tenir quand même un peu :

Si la nuit, tu pleures le soleil, tes larmes t’empêcheront de voir les étoiles.

Toute nuit noire est une aube qui vient. (Edmond Fleg).

Si ce soir, mes lecteurs, vous avez le temps, et l’envie, regardez donc les étoiles, et du plus loin que je puisse être, sachez que j’ai une pensée pour vous comme vous pensez un peu à moi…

Au fait, quels sont vos secrets pour tenir durant les coups de blues ? Des citations à proposer ? N’hésitez pas ;)

Il y a des jours, comme ça…

7 avril 2008

… Où rien ne va.

Il est près de 22 heures chez moi, et tout le monde est couché. Le silence en ajoute encore à mes angoisses, à ma tristesse.

Depuis ce matin, il pleut…

Depuis quelques jours, dans mon couple, ça va moyen, on va dire. Il y a de ma faute, aussi, bien sûr. j’ai fait une chose, hier soir, d’inavouable. Pour tout vous dire, je ne le ferai pas ici, tellement j’ai honte. Mais ce ne sont que des petites chamailleries. Ou du moins, je l’espère. Toujours est-il que celui que j’aime ne me parle plus. Je lui ai dit des choses blessantes. Je n’arrête pas depuis un moment. Je deviens chiante, et il arrive encore à me supporter. Après 8 mois et des bananes de relation officielle, un peu plus de relation officieuse, 6 ans de relation tout court. J’essaie de le soutenir dans ses soucis quoiqu’il arrive. Mais je ne suis pas parfaite. Je ne me fatigue plus à essayer de l’être. Et personne (du moins, ceux qui sont un peu concernés) ne reconnaît que j’essaie de l’aider à prendre un peu de son fardeau, et ce depuis des années. Vous ne comprenez pas ? Tant pis, je me comprends, et ça me fait du bien de me confier. Je l’aime, j’espère simplement qu’il ne m’en voudra pas longtemps.

Dans mon travail, ça avance médiocrement. Mais ça encore, je n’ai pas trop à me plaindre. Il y a des avantages inestimables dans le télétravail.

Côté finance, j’en ai assez. Assez d’être enfermée dans des considérations qui n’en finissent plus. Assez de devoir tuer mes projets dans l’oeuf parce que ceci ou cela. Assez de me priver pour un tas de raisons passées, ou même de mauvaises raisons. Mais ai-je seulement le choix ?

Et dans tout le reste… Ca fait mal. Ma mère qui arrive très malade. Une hypertendue. La tension très haute, elle risque de faire un anévrisme. Angoisse en perspective. Il faut que je prenne sur moi. Mon père est malade aussi, et depuis quelques temps, il accuse moins les coups. Tout ça, c’est -je l’avoue- un peu lourd pour moi.

J’ai besoin de parler à quelqu’un. Un pro. Qui ne me connaît ni d’Eve, ni d’Adam. Quelqu’un à qui je peux parler sans craindre que la moindre de mes paroles puisse le blesser. Il faut absolument que je trouve le centre d’aide gratuite, et voir si j’y ai droit, parce que comme je l’ai dit plus haut, mes finances sont un peu serrées. Mais il y a une solution. Je sais qu’il y en a toujours une.

C’est un de ces jours que tout le monde a un peu connu dans sa vie. Un où je lutte. Je mène une sorte de combat contre moi-même depuis à peu près quatre années déjà. Un jour qui me marque plus que d’autres, dont le déroulement ne fait pas que couler sur mon être.

C’est une de ces nuits où je me sens perdues. Mon âme erre à travers les méandres de mes peurs, de mes colères, de mes tristesses. Une nuit où je demande « Est-ce qu’il y a quelqu’un par ici qui a une solution pour me soulager de mon fardeau? » Une nuit où pleurer et attendre que ça passe est tout ce que je peux faire. Une nuit où cette seule pensée m’agace.

Je suis désolée de vous avoir mis un peu de ce fardeau dans les mains, mes chers lecteurs. Mais rien que de vous savoir de l’autre côté de l’écran à me lire, à lire un peu de mon moi le plus profond, je sens mon coeur devenir un peu léger. Merci à tous d’être là. J’espère qu’on sera là encore pour un long moment, et pour des instants plus joyeux.

En attendant, je vous souhaite bonne route.

 

Faux numéros, et désagréments

6 avril 2008

téléphone

Je le conçois parfaitement: l’erreur est humaine. Et il arrive parfois qu’on fasse un faux numéro. Ca arrive à tout le monde, je pense. Mais, je ne sais pas si vous êtes comme moi, quand j’en fais un (et pourtant, je ne le fais vraiment pas exprès), il m’arrive de tomber sur de parfaits – excusez mon langage – c*ns (j’ai préféré n’enlever qu’une voyelle, au cas où il y aurait confusion avec d’autres termes… Parce que c**, ça peut être bien des choses :) ).

En général, lorsque mon doigt dérape sur mon clavier téléphonique, je tiens à rester polie. J’ai peur de déranger, je me répands en excuse, et je souhaite une bonne journée. Il arrive, heureusement, que je tombe également sur des gens très aimables, qui savent en rire, et me souhaite également une bonne continuation, ou une bonne matinée… C’est selon le moment de la journée.

Mais je me dois cependant de constater…

Lire la suite de l’article »

La maladie de Pâques

30 mars 2008

paques.jpg

Hé oui ! Petite absence pour cause de petite crise de foie. Arghhh ! Voilà ce que c’est de manger trop d’oeuf (ou de minous en chocolat, même de lapins, de poules) de pâques.

Mais que voulez-vous ? C’est trop tentant ! Non ? Vous ne pensez pas ?

J’espère revenir bientôt, en tout cas :)

Chapeau à Unblog !

26 mars 2008

Ou du moins, à leur filtre anti-spams. Il est tout de même très efficaces, parce qu’après tous ces mois d’absence, j’aurais pu retrouver un amas de publicités en tout genre pour « pimenter » mon quotidien sexuel.

Désolée messieurs-dames, mais je n’en ai guère besoin (et je suis heureuse du fait). Je n’ai pas besoin de la fameuse pillule bleue, n’ayant pas le membre approprié, et je suis assez couverte d’amour pour affirmer que je peux très  bien m’en passer.

Pour le reste (que je n’ai pas vraiment regardé), je pense qu’il vaut mieux se rendre sur des sites ou des boutiques spécialisés (d’ailleurs, ça fleurit pas mal, maintenant, des boutiques érotiques, avec des articles sensuels, plutôt que le sexshop basique).

Mais bon, tout le monde essaie de faire son commerce, et dans l’air d’aujourd’hui, ça se comprend un peu. Ca ne m’aurait pas empêchée d’être bien embêtée si unblog n’était pas aussi efficace, d’où la grattitude que je tenais à leur exprimer.

Sauf que maintenant, il faut que je trouve le moyen de me débarasser des lecteurs frustrés qui ne savent pas séduire, et qui viennent me poster leurs diatribes. C’est un peu de ma faute aussi (vu les sujets que je publie). Je demanderai toutefois à ceux qui passent par ici de se garder de commentaires déplacés, voire carrément insultants. On peut vivre en bonne intelligence comme de vrais êtres humains, non ?

Sur ce, je vous dis à bientôt, mes chers lecteurs, et vous souhaite un bonne promenade sur la toile.
 

Ma marmotte

25 mars 2008

dormeur.jpg

Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore dormir. Rester au lit est l’un de mes passe-temps préférés. Mais j’avoue aussi qu’aussi paradoxal que cela puisse paraître, je ne peux pas y rester très longtemps. Surtout depuis que j’ai repris le rythme de la Calédonie, où tout le monde (ou presque) est debout à 6 heures du matin, et que 8 heures est déjà signe d’une grasse matinée. Ceci dit, si je me couche assez tard, le fait de ne pas avoir assez dormir me rend plutôt ronchon, même parfois, carrément imbuvable.

Je dois cependant vous confesser que j’ai trouvé mon maître en la matière. Il ne sera certainement pas très content que je parle de lui en ces termes sur mon blog, mais il faut dire que je vais profiter de son absence. Il ne passe plus tellement de toute façon; c’est un peu ma faute, puisque je dois bien admettre que les mises à jour se sont faits rares depuis quelques temps, mais c’est aussi (et surtout) parce qu’il n’a pas le net. Alors, comme on dit : les absents ont toujours tort !

Lire la suite de l’article »

1234